Thierry, 48 ans : "J'ai le plaisir de travailler avec mes collègues qui sont aussi devenus des amis."

Thierry, 48 ans, a été employé dans le cadre du projet Territoires zéro chômeurs de longue durée. Son travail : s’occuper du rangement et de l’organisation du local travaux, ainsi que de la plomberie ou l’électricité.

Comment êtes-vous parvenu à être embauché à Atipic?

J’ai été licencié après 17 ans passées dans une entreprise. J’ai eu ensuite des difficultés à trouver du travail ; j’ai fait de l’intérim, et puis on m’a parlé du projet Atipic. Alors, je me suis dis pourquoi pas et me suis lancé dedans car le coté social me plaisait.

Que faites vous au sein de l’entreprise ?

Je suis agent polyvalent et magasinier. Je fais beaucoup de choses comme de la plomberie, tout ce qui touche à l’électricité, du déménagement ainsi que du rangement et l’organisation du local.

Pourquoi ce type d’activité ?

Je n’avais pas de projets particuliers, ce poste était disponible alors j’ai dit oui sans hésiter.

Comment avez vous connu Atypic ?

J’ai connu Atypic par la cellule emploi avec Ludovic Provost .

Depuis quand êtes vous à Atipic ?

J’ai été embauché le 20 septembre 2017. Avant ç,a j’ai suivi plusieurs modules pendant 3 mois. On avait une réunion chaque semaine afin de créer un projet en lien avec Territoire zéro chômeur.

Y-a-t-il des choses que vous n’aimez pas dans votre travail?

Je ne trouve pas de point négatif. J’aime ce que je fais : il y a de la diversité dans mon travail, les horaires, la bonne entente avec mes collègues.

Dans votre quotidien, qu’est-ce que ça a changé pour vous d’avoir un CDI ?

Ce qui a changé dans mon quotidien, c’est d’avoir un salaire fixe mais aussi une activité et le plaisir de travailler avec mes collègues qui sont aussi devenus des amis.

Avez-vous d’autres projets après Atipic?

Je n’ai pas vraiment d’idée pour le moment. j’aimerais faire une formation longue durée dans l’électricité ou la menuiserie mais j’ai peur de ne pas trouver d’emploi après la formation. Quitter un CDI pour quelque chose d’incertain me fait peur.

Propos recueillis par Benjamin